DEA – Museum of Contemporary Art (Los Angeles)

<<< Berkeley Art Museum & Pacific Film Archive

B.3 – Le Museum of Contemporary Art (Los Angeles)

Depuis son ouverture en 1979, le Museum of Contemporary Art (MoCA) de Los Angeles a pour principale mission de collectionner l’art américain et européen créé depuis 1940. Il possède un remarquable ensemble de cinq mille œuvres: quelques pièces majeures de l’art américain (expressionnisme abstrait, Pop Art, onze toiles de Sam Francis, six boites et quinze collages de Joseph Cornell …) ainsi qu’une multitude de réalisations de jeunes artistes émergents. Depuis 2002, il reçoit régulièrement d’importants dons de vidéos et d’installations relevant des new media arts (Doug Aitken, Tracey Emin, Steve McQueen, Pipilotti Rist…). Il est intéressant de signaler que le MoCA ne dispose actuellement que d’un faible budget mais réussit néanmoins à poursuivre ambitieusement ses acquisitions et ses expositions (notamment grâce à l’action de ses deux principaux sponsors: El Paso Natural Gas Company et la Citibank Private Bank).


 B.3.1 – Historique de la collection

En 1999, Jeremy Strick [1] fut nommé directeur du MoCA. A son arrivée, il fut très critiqué: d’une part sur sa formation universitaire (il avait une formation en histoire de l’art et non pas en administration) et d’autre part sur sa carrière (jusqu’alors, il n’avait été que conservateur du département ‘Peinture et Sculpture’ de l’Art Institute de Chicago). Pour s’imposer, il mit très vite en place un programme en faveur du design, de l’art actuel et des new media arts.

Le 11 avril 2001, le MoCA inaugura son nouveau website (www.moca.org). Extrêmement simple d’utilisation, il était structuré autours de trois grandes sections: une partie informative sur le musée (notes sur les expositions, la collection permanente, les activités du service pédagogique…), une boutique et un portail (liens et ressources sur l’art contemporain). Le but du site était d’être un « lieu de découverte et d’apprentissage pour augmenter l’engouement du public vers l’art contemporain [2] ».

En juin 2001, le MOCA inaugura la ‘Digital Gallery [3]’, un espace d’exposition online. La première œuvre à y être incorporée fut Still Life: Choosing and Arranging [4], un site de John Baldessari [5]. Il s’agit d’une web-création ludique qui permet au public – par le biais d’une animation – de composer une nature morte (à partir d’objets très diverses défilant dans la partie basse de l’écran).


B.3.2 – Le choix des commissions

D’une manière générale, le musée eut tendance à faire appel à des personnalités hors normes et pas forcément impliquées dans le champ des news medias arts: Bruce Sterling (écrivain de science-fiction), Paul D. Miller (artiste conceptuel, écrivain et musicien), Mornus (musicien). A côté de cela, il s’adressa également à quelques artistes spécialisés dans l’art informatique: Liz Larner, Erik Loyer, Jason Salavon, Cindy Bernard.

Quand nous passons en revue les différents sites commissionnés par le musée, nous nous rendons compte qu’ils sont tous dotés d’interfaces intuitives et ludiques aux couleurs chatoyantes.

 

B.3.3 – Les conditions d’acquisition et de conservation

Le musée dispose de l’aide financière de la James Irvine Foundation [6]. Le budget varie beaucoup d’une commission à l’autre: entre trois et douze mille dollars (selon Susan Morris). Cela couvre le cachet de l’artiste ainsi que les coûts techniques.

En 2001, Jeremy Strick resta assez évasif sur les droits d’exclusivité et affirma que le musée disposait de ceux-ci tant que les œuvres étaient présentées sur le site du MoCA [7].


Notes :

[1] Jeremy Stick: ancien conservateur du Département de Sculpture et de Peinture du vingtième siècle à l’Art Institute of Chicago.

[2] Propos de Jeremy Strick reprint in le dossier de presse « Razorfish and MoCA launch expanded Museum Web Site », MoCA, 11 avril 2002.

[3] Accessible au: http://www.moca-la.com/museum/digital_gallery.php.

[4] Still Life: Choosing and Arranging est le premier site de l’artiste. Il  est toujours accessible au:
http://www.moca-la.com/museum/dg_detail.php?dgDetail=jbaldessari.

[5] Né à National City (Californie) en 1937, John Baldessari passa en 1957 son MA au San Diego State College (Californie) puis finit ses études au Otis Art Institute (Los Angeles et au Chouinard Art Institute (Los Angeles). Il commença sa carrière comme peintre, puis se tourna vers la photographie, le cinéma, la vidéo et les livres d’artistes. Il est particulièrement reconnu dans le domaine de l’art conceptuel. En 1990, son œuvre fit l’objet d’une grande rétrospective au MoCA. Actuellement, il vit et travaille à Santa Monica (Californie).

[6] Cf. note n°121.

[7] MORRIS (Susan), Museums and New Media Arts, op. cit., p.24.


Lire la suite… // revenir au plan du mémoire