DEA – Museo National Centro de Arte Reina Sofia

<<< Espagne : l’échec muséal vis-à-vis du Web-Art

B.1 – Museo National Centro de Arte Reina Sofia

Le Museo National Centro de Arte Reina Sofia (MNCARS, Madrid) est internationalement apprécié pour sa collection d’art espagnol (de la fin du dix-neuvième siècle à la seconde guerre mondiale), ainsi que pour ses chefs d’œuvre des avant-gardes européennes (Retrato de Josette de Juan Gris, Guernica de Picasso, Hombre con pipa de Joan Miró, El gran masturbador de Salvador Dalí…).

Si elle reste encore méconnue, la collection d’art actuel est toutefois remarquable. Nous pouvons y découvrir des œuvres d’artistes ‘traditionnels’ – Jean Fabre, Anish Kapoor, Gerhard Richter, Miquel Barceló… – ainsi que de plasticiens exploitant des technologies plus récentes (Jean-Marc Bustamente, Andreas Gursky, de nombreux vidéastes: Ana Laura Aláez, Jordi Colommer, Carles Congost, Susy Gómez, Liliana Porter). En 2001, le MNCARS se vit offrir deux web-créations par l’Unidad Editorial [1].


B.1.1 – Le concours

En 2001, le Journal El Mundo lança les ‘El Mundo Net-Art Awards’, un concours destiné à « stimuler les nouvelles créations et [à] encourager ceux qui croient dans l’art créé pour et sur le Net [2]. »  Deux prix furent alors imaginés:

1°) le ‘EL MUNDO Award to be the best Net-Art work’: distinction,  richement dotée de dix mille euros, résultant du choix d’un jury compétent composé de: Christine van Assche (conservatrice du Département des Nouveaux Médias du Centre Georges Pompidou), José Jiménez (professeur d’Esthétique à l’Université Autonome de Madrid), Benjamin Weil (conservateur du département du Média Art du SFMoMA) et Vicente Matallana (représentant de l’UNEDISA-EL MUNDO).

Cette récompense fut attribuée à Igor Stromajer [3] pour le site What was he thinking about? berlin? praha? ljubljana? skopje? Cette web-création est un ‘environnement virtuel émotionnel’ (terme de l’artiste), une hypermédiature amphigourique. L’internaute est invité à ouvrir – de manière hasardeuse – des fenêtres grises pour découvrir d’inhabituelles animations (effet de loupe mobile, travelling de pop-up clignotantes…).

2°) le ‘EL MUNDO Navigator’s Award to the best Net-Art work’ (prix doté de deux mille cinq cents euros). Cette récompense – à la différence de la première citée – fut attribuée à la suite du vote des internautes.  Elle fut décernée à Cristina Casanova et Sergi Jorda pour leur opéra interactif Don Quijote en Barcelona.

Cent six œuvres furent reçues et évaluées [4] (une seule par artiste fut acceptée). Seules les œuvres relevant du Net-Art furent acceptées (c’est-à-dire celles « créées spécifiquement pour le Net […] utilisant Internet comme un moyen de création et de diffusion »). Les deux œuvres récompensées furent intégrées à la collection.


B.1.2 – Situation actuelle

Comme cela fut indiqué dans le règlement du concours [5], le MNCARS dispose des droits d’exposition et d’archivage sur les deux œuvres retenues.

Il est regrettable que le musée ne profita pas de l’occasion pour se lancer dans la course à l’art virtuel. En février 2004, Oscar Munoz, conservateur au Musée National, m’indiqua qu’il n’était pour l’instant pas question de créer une galerie virtuelle.


Notes :

[1] Cette maison d’édition possède entre autre le second quotidien national: El Mundo.

[2] Cf. le règlement du concours:
http://alcazaba.elmundo.es/netart/netarten/basesobrasr.htm

[3] Igor Stromajer (né en 1957 en Slovénie): Son travail est essentiellement axé autour d’Internet et de la communication. Il a participé à de nombreuses rencontres internationales en Europe et en Amérique. Certaines de ses web-créations ont été acquises par des musées (Centre Pompidou, Hamburger Kunsthalle, Slovene Museum of Contemporary Arts de Ljubljana).

[4] Cf. la liste des œuvres reçues [Màj 07/2016 : le lien ne fonctionne plus]

[5] Cf. le règlement du concours:
http://alcazaba.elmundo.es/netart/netarten/basesobrasr.htm


Lire la suite… // revenir au plan du mémoire