DEA – Centre Oboro (Montréal)

<<< Walker Art Center (Minneapolis, Minnesota)

C.2 – Centre Oboro (Montréal)

Fondé en 1982, Oboro est un centre transculturel, montréalais, à but non lucratif, géré par un collectif d’artistes [1]. Il s’est donné pour mission d’encourager l’art contemporain expérimental (arts visuels, new media arts, performances…) ainsi que l’échange d’idées. Il se revendique très ouvert (« à toutes les formes de projets originaux qui font avancer la réflexion et évoluer les pratiques artistiques [2] »). Ses principales activités sont: la monstration, l’édition, l’accueil en résidence, la mise en place de conférences, d’ateliers et de projets en réseaux.

En 1995, le centre intégra à sa programmation une série d’événements (et de projets) utilisant les nouvelles technologies ; il lui donna le nom de ‘TechnOboro’. Progressivement, il intensifia ses activités dans ce domaine et mit en place un véritable ‘laboratoire nouveaux médias [3]’ (officiellement inauguré le 7 décembre 1997). Celui-ci « propose un contexte stimulant de création qui favorise les pratiques innovatrices. Il a comme objectif, pour l’ensemble de la communauté, l’avancement de la réflexion dans le domaine des arts médiatiques, des nouveaux médias et des nouvelles technologies [4]. » Il ne fixe aucune limite et étudie tous les dossiers artistiques. « Les demandes peuvent prendre la forme, entre autres, de quelques jours d’accès à une unité informatique sans frais ou à des coûts réduits, d’un projet de résidence de plusieurs semaines couvrant différents aspects d’une production, d’un projet de coproduction multipartite impliquant un commissaire [5]. » Tous les projets sont jugés par le Comité de programmation en fonction d’un certain nombre de critères (notamment la pertinence, la qualité artistique, le contexte montréalais et le budget nécessaire).

A partir de mai 1997, aux divers projets novomédiatiques et télématiques menés avec différents centres (et communautés), s’ajouta un ensemble de projets spécifiquement conçus pour le Web. Pendant quatre ans [6], le centre permit à une quinzaine d’artistes de créer de petits projets hypermédias assez originaux mais n’offrant pas de grandes possibilités interactives. Nota: le TechnOboro est un laboratoire dirigé par des artistes – et, par conséquent, a des enjeux différents de ceux des grosses institutions (dépendantes des fondations industrielles ou des universités). Il ne dispose pas de gros budgets et doit se contenter de projets plus modestes.

Les artistes gardent l’entière propriété de leurs web-créations. Chaque année, le Centre doit leur verser des droits et passer des accords avec eux pour continuer à diffuser les œuvres (nota: ils ont la possibilité de décliner l’offre). L’entente de diffusion indique que les projets doivent être reproduits dans leur intégralité et sans déformation (à moins que l’artiste lui-même ne consente par écrit à une reproduction non conforme).


Notes :

[1] OBORO est entre autre membre du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, de l’Alliance des arts médiatiques indépendants et du Conseil québécois des arts médiatiques. Il est coordonné par: Bernard Bilodeau, Daniel Dion et Su Schnee.

[2] Cf. la rubrique ‘Appel de dossiers’, in le site du centre Oboro.

[3] L’espace est situé dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal (à proximité de la rue Duluth). A son ouverture, il fut coordonné par Daniel Dion, Cheryl Sim et Gisèle Trudel.

[4] Cf. le site du Centre Oboro, rubrique ‘Laboratoire nouveaux médias’.

[5] Cf. le site du Centre Oboro, rubrique ‘Activités’.

[6] Le Centre Oboro n’a pas produit de nouveaux projets sur le Web depuis 2001. Oboro.Tv, une chaîne de télévision online, est devenue leur grande priorité.


Lire la suite… // revenir au plan du mémoire