Bérengère Arnold – Orange-innovations.tv – 2008

À l’occasion du lancement du site Design-colbert.fr, Bérengère Arnold, responsable de Orange-innovations.tv, décrypte pour Art and You la révolution numérique.

J-D. B. : Orange a intié une Web-tv spécifiquement dédiée à la révolution numérique. Pouvez-vous nous indiquer quels sont ses objectifs ?

Bérengère Arnold : L’initiative est venue de notre directeur, Didier Lombard qui considère que la révolution doit être partout, et qu’elle doit être étayée par des supports innovants ; c’est « l’innovation au carré ». Son deuxième credo, est que quand on touche à la pointe de l’innovation, on en fait le tour et on arrive à la simplicité. Ça doit être complexe à l’intérieur, et simple à l’extérieur. Il considère notamment que pour diffuser une information, une image vaut mille mots.
Didier Lombard est considéré comme un visionnaire dans le secteur du numérique ; il y a des patrons qui sont des financiers, et d’autres des industriels. Lui, c’est clairement un visionnaire.
La révolution numérique est composée d’énormément de petits outils qui s’incrustent dans notre quotidien, avec des modes d’emploi. Libre à chacun de les lire, ou non. De toute manière, même en les scotchant bout à bout, on n’arrivera pas à appréhender l’ensemble de la culture numérique. Un leader de ce secteur comme Orange assume son rôle : « on s’y colle, on va faire des vidéos ludiques et accessibles à tous, qui vont permettre au public de ne plus avoir peur de se servir des outils numériques. »

Pouvez-vous nous parler un peu du contenu de cette Web tv ?

La Web tv a été lancée le 10 janvier 2008. Il s’agit d’un « soft launch » : nous nous sommes donnés une période d’un an pour comprendre comment on voulait installer cette Web-tv dans son écosystème. Cela avec ces trois missions : informer, apporter une part de rêve, et faire comprendre la révolution numérique.
Nous nous sommes d’abord placés du côté de l’offre pour arriver à rendre la masse d’innovations que nous recevons chez Orange (en tant que membre de l’écosystème) de manière plus poétique et inspirante, plus percutante, ou plus simple à comprendre. Cette première année était plus axée sur une cible qualitative, en direction des gens familiers à cet écosystème, pour trouver un tempo, un ton, et assimiler toute cette innovation.
La semaine dernière, nous avons organisé une conférence de presse pour annoncer notre prochaine grille de programmes. Celle-ci sera lancée en janvier prochain. Cette saison 2 nous permettra d’offrir au grand public ce qu’on a développé dans l’écosystème, donc d’établir une grille qui est grand public ; auparavant, elle était plutôt « geek écosystème ». On va renforcer la fonction rêve et la fonction pédagogie, en mettant moins de chaînes, en clarifiant le message, par cible, et en réalisant des clips  à valeur éditoriale ajoutée beaucoup plus forte.
Nos critères de choix : présenter tout ce qui est nouveau, mais aussi cerner le plus pertinent. L’avantage chez Orange, c’est qu’on est au fait de l’actualité de l’innovation, on voit bien quand un objet relève du gadget.
Notre fonction est aussi de faire rêver, parce que la révolution numérique est d’abord au service du client, on a besoin de faire rêver les clients, et les gens en général. On a besoin de leur faire comprendre de quoi ils ont besoin, parmi la masse d’innovations qu’on a dû sélectionner.
Troisièmement, il s’agit de faire comprendre, au delà de la pauvre Hotline 1014 qui explose (mais c’est la même situation chez nos concurrents, et dans les autres pays du monde), que nous nous intéressons à ce qui relève de l’éducation nationale et de la culture de masse par la diffusion intensive de culture numérique. Le dernier clip en date parle de l’IPTV (Internet Protocol Television).

Quels liens peut-on établir entre Orange et la culture ?

Orange étant un gros groupe, il existe de nombreux liens, de natures différentes, avec l’art et la culture. On a d’abord un lien commercial évident, je pense aux innovations B2B qui aident à la production de la culture, dans les secteurs du design, de la création de logiciels, des équipements Internet, des équipements mobiles dédiés et spécifiques.
Il existe ensuite un lien naturel de marque : Orange est l’une des marques leaders dans le monde, et un grand sponsor d’événements. En ce moment, on parle beaucoup d’événements sportifs, parce que le collectif est une des valeurs de la marque. Petit à petit, on va s’intéresser à tout ce qui touche à la création et l’innovation. Par ce biais, Orange va de plus en plus tendre la main au monde de l’art et de la culture.

Quels type d’événements accompagnez-vous, mis à part les lancements de sites comme celui de Design-colbert.fr ?

L’offre est assez diversifiée : on s’adapte aux besoins des personnes qu’on a en face de nous. Au-delà du lien commercial, et de celui de sponsoring, il y a un troisième lien : on co-développe des produits avec le milieu de l’art et de la culture.
On accompagne la création musicale et le cinéma, de manière tout à fait manifeste. En ce moment, Orange s’intéresse au secteur de l’écrit, notamment avec le travail d’innovation sur l’e-paper. Il s’agit d’un nouveau papier, que Orange n’a pas inventé, mais que nous pouvons  développer dans les terminaux dédiés. Actuellement, nous préparons une expérimentation dans les centres commerciaux, baptisée « Read and go »,qui permettra d’offrir une nouvelle expérience de lecture entre le papier et le web : le confort du papier est couplé à la souplesse du Web. Il s’agit d’une action commune, en collaboration avec d’autres, dans le but de révolutionner le rapport des gens au quotidien, à la lecture des livres, des BD, des journaux et des magazines, dans la lignée des ebooks.
Il faut préciser une chose : nous sommes des fournisseurs d’art, de culture, et des sponsors. Même si certains voient que nous commençons à proposer des contenus, en aucun cas nous ne deviendrons des producteurs d’art et de culture. Nous sommes là en tant que fournisseur, pour accompagner ce milieu que nous aimons.


Article initialement publié sur Art and You, 10 décembre 2008

A découvrir : sélection d’interviews