L’Art numérique à maturité (4/5) – Des événements et des rencontres

Une rentrée cyber : septembre-octobre 2004

D’un point de vue événementiel, la « Nuit Blanche » (du 2 au 3/10) reste un haut lieu de découverte de la création contemporaine. Des dizaines de conférences et rencontres sont également organisées.

Cette année, l’organisation de la Nuit blanche est confiée à trois commissaires aux préoccupations complémentaires : Ami Barak s’attache à l’onirisme, Hou Hanru aux arts visuels et Nicolas Frize aux spectacles vivants (musique, son, danse…).

Quelques vidéos singulières sont présentées : Spirale de Boris Achour (une lanterne magique disposée aux Blancs Manteaux), Jungle Book Project de Pierre Bismuth (une version polyglotte du DVD de Walt Disney, Passage de Retz), Feature Film de Douglas Gordon (une adaptation du Vertigo d’Alfred Hitchcock, Forum des Halles), Art At the Turn de Stéphane Sautour (une animation à partir d’oeuvres d’artistes de la Galerie Loevenbruck) ou The Quintet of the Silent de Bill Viola (une quête psychologique, Place de la Madeleine). A Jussieu, un Dazibao numérique diffuse en continu des films d’une centaine d’artistes internationaux. Dans la cour d’honneur de la BNF, Red Doors de Wang Gong Xin est une plongée en plein cœur d’un quartier de Pékin.

Lors des « Rendez-vous électroniques » seront passionnément débattues, entre représentants politiques et organisateurs de festivals, des propositions pour harmoniser les politiques culturelles vis-à-vis des musiques électroniques (Hôtel de Ville, 14/09). Seront également soulevées nombre de questions intéressant la scène électro, telles que les modalités d’application du droit d’auteur pour les djs, le rôle de l’image dans la musique électronique, le statut du vj (le Sax, 15/09), etc.

Durant Villette Numérique 2004, une dizaine de conférences permettront de mieux cerner les enjeux des pratiques actuelles. Xavier Perrot viendra faire un topo sur les perspectives esthétiques et économiques de la création numérique (22/09), Emmanuel Quinz informera sur les aspects sensibles de la création sur le Web (30/09) et Anne-Marie Morice interviendra sur la représentation du réel à une époque où l’intervention sur l’image numérique est quasi infinie (1/10).

Le Centre Pompidou poursuit son cycle mensuel « les Plasticiens du Web », durant lequel il présente les artistes commissionnés par le Service des nouveaux médias (le 21/10, Paola Yacoub et Michel Lasserre, et le 18/11, Eric Sadin, Prix Pompidou au dernier Flash Festival). Il nous propose également de jeter un « Troisième oeil » sur la cyberculture et sur la manière dont elle vient nourrir les autres disciplines artistiques (dans le cadre de la programmation « Les Ciném@s de demain »).

De manière beaucoup plus conviviale et avec la volonté affirmée de désacraliser les aspects techniques, le Cube continue à privilégier le contact direct entre les artistes et son public, relativement éclectique, chaque deuxième dimanche du mois. La première rencontre devrait traiter de l’utilisation des mots dans les projets et des rencontres entre artistes et écrivains (parmi les premiers invités, la talentueuse cyber-artiste Annie Abrahams).


Article initialement publié sur Fluctuat le 20 septembre 2004

A découvrir : sélection d’articles et critiques